“Nuestro objetivo final es nada menos que lograr la integración del cine latinoamericano. Así de simple, y así de desmesurado”.
Gabriel García Márquez
Presidente (1927-2014)

NOTICIA


  • Cine Caribeño los domingos en centro cultural de Guadalupe
    Por Franck Breland

    Dimanche au cinéma : le nouveau rendez-vous culturel
    L'auditorium Pierre-Édouard Décimus du Palais de la culture Félix-Proto accueille Dimanche au cinéma, un nouveau rendez-vous.

    La Ville et sa direction culturelle ont présenté le programme des activités jusqu'en décembre. À partir du 25 octobre, un nouveau rendez-vous est proposé un dimanche par mois avec un film du cinéma antillais. Le public ciblé est la famille.

    Hier matin, la Ville a présenté son programme culturel, partiel, pour la saison qui s'ouvre. La situation sanitaire, qui tend à devenir inquiétante, ne va pas empêcher à la collectivité de continuer la poursuite de sa politique culturelle. En tout cas, c'est le discours qu'a tenu Francesca Faithfull, élue déléguée à la culture et au patrimoine culturel. Évidemment, en tenant compte des contraintes du moment. D'ailleurs, malgré la Covid-19, certaines manifestations se sont déroulées comme Téyat douvan pot dans les quartiers ou les cafés littéraires numériques et en présentiel.

    « Notre leitmotiv ne change pas, la culture doit vivre avec nos artistes», a déclaré la déléguée à la culture lors de ses mots d'introduction ». « Quand je dis artiste, je parle des nos musiciens mais aussi de nos danseurs, de nos peintres, de nos cinéastes, de nos comédiens, a t-elle poursuivi. Nous avons une palette d'artistes qui ont besoin de nous. C'est ce que Éric Jalton (le maire, ndlr) a bien compris, il est tout à fait à la disposition des artistes pour que nous les accompagnons du début de leurs créations jusqu'à la production. La culture doit vivre, cela reste notre point de vue car c'est le lieu de la cohésion sociale. Sans culture, c'est difficile. En Guadeloupe, aux Abymes, nous avons une terre de culture. Nous avons des artistes de talent, il manque les moyens mais la Ville fait ce qu'elle peut pour les accompagner et pour être à la hauteur de leurs compétences. »

    Même si la programmation est allégée, elle propose des manifestations qui devraient plaire au plus grand nombre. Certaines se déroulent dans les équipements de la ville comme le palais de la culture Félix-Proto, le centre culturel Emmanuel-Albon au Raizet, dans les salles Polyvalente à Boisripeaux et René-Élie à Chazeau. Mais il y a d'autres événements qui auront lieu dans ce que la direction de la culturelle nomme « hors les murs ». Pour le mois de septembre, il y aura la A journée Portes ou- s vertes du centre culturel EmmanuelAlbon le 30 puisque la Journée européenne du patrimoine, prévue ce week-end, est annulée.

    Octobre en théâtre à venir

    Octobre commencera avec un café littéraire avec Didyer Mannette autour de son Ti mo a lanmou le 1er,puis Octobre au théâtre à partir du 16. La nouveauté de cette programmation sous Covid est l'arrivée de Dimanche au cinéma. Ce nouveau rendez-vous va viser un public familial. « Nous prévoyons, si tout se passe bien, de le programmer un dimanche par mois, annonce Francesca Faithfull. Nous pourrons ensuite augmenter la fréquence. Nous proposerons un film d'un auteur, d'un réalisateur antillais, avec des acteurs antillais, enfin des gens qui nous ressemblent. Nous avons un magnifique écran, l'équipement qu'il faut. Nous répondons également à une demande de la population. Notre intention n'est pas de concurrencer les salles de cinéma, comme le complexe voisin. Nous allons commencer avec 108 places sur les 216 que comptent l'auditorium. Nous pensons fidéliser les familles et inciter les sorties en famille.»

    Pour la première, le 25 octobre, c'est le long-métrage de Mariette Monpierre Le bonheur d'Elza qui sera projeté. La réalisatrice (lire par ailleurs) était présente à la conférence de presse tout comme le musicien de gwo ka, Fritz Naffer, le maké de mo Didyer Mannette ou la nouvelle écrivaine, Emmanuelle Méri-Corinus, ancienne juge.

    Mariette Monpierre, réalisatrice guadeloupéenne
    « Je suis ravie de la mise en place de Dimanche au cinéma et je l'accueille avec beaucoup d'enthousiasme. Depuis la création de cette salle dans le Palais de la culture, je rêvais que mon film Le bonheur d'Elza y soit projeté. Je me rappelle que la première projection aux Abymes en 2012 à sa sortie s'était bien passée avec de belles réactions. J'accueille avec beaucoup de bonheur l'opportunité de rencontrer un nouveau public qui ne l'a pas encore vu. Et de discuter du sujet du long métrage qui est l'absence du père. Je suis ouverte à toute proposition de la ville des Abymes. Je vis entre New-York et Le Gosier, je suis une fidèle des Abymes, j'y ai grandi et habité. Je cherche des opportunités pour faire du cinéma ici, faire des activités culturelles, rencontrer les jeunes pour les initier à l'écriture du cinéma, au documentaire, au film de fiction. J'adore la transmission et j'aimerais transmettre ce que j'ai appris, l'expérience que j'ai pu avoir à travers mon activité cinématographique.»

    (Fuente: France-Antilles.fr)


BUSQUEDA DE TEXTOS









RECIBA NUESTRO BOLETIN

APOYO DE
COLABORACION
Copyright © 2020 Fundación del Nuevo Cine Latinoamericano. Todos los derechos reservados.
©Bootstrap, Copyright 2013 Twitter, Inc under the Apache 2.0 license.